Délégation de gestion en micro-assurance : quel rôle dans le développement de l’assurance maladie en Afrique ?

Publication proposée par Bruno Galland

Contexte

Une réflexion a été entreprise par le CIDR et CGR (Conseils en Gestion des Risques) consultants sur les stratégies à mettre en œuvre en réponse aux difficultés rencontrées par les mutuelles de santé ciblant le secteur informel, pour atteindre des taux de pénétration significatifs et gérer correctement les produits selon les principes du bénévolat. La délégation de la promotion et de la gestion des mutuelles à des structures professionnelles est apparue comme une stratégie d’avenir porteuse.

Le concept de délégation de gestion a largement inspiré la formulation du programme réalisé par le CIDR et CGR avec des assureurs au Sénégal. Il constitue un des axes majeurs du Plan d’orientation stratégique 2010-2014 du département “Systèmes de santé et prévoyance sociale” du CIDR.

Apport

La présente note donne des arguments visant à justifier en quoi la délégation de gestion des produits de micro-assurance maladie à des structures professionnelles peut être une opportunité pour les gouvernants mutualistes. La délégation des fonctions de gestion technique leur permet de se libérer des tâches de gestion quotidienne qu’ils maîtrisent mal pour s’investir dans le développement des mutuelles.

Elle passe en revue différentes formes de gestion déléguée de la micro-assurance, ayant comme points communs de conserver aux porteurs de risques (assurances ou mutuelles) la responsabilité de la gouvernance de l’activité et des résultats financiers de son exploitation.

Contenu

Une première partie du document analyse les freins au développement des mutuelles de santé, freins à partir desquels la délégation de gestion se justifie.

Une deuxième partie présente les conditions préalables à satisfaire pour rendre la délégation de gestion possible, les niveaux de délégation, les fonctions relevant de la délégation, le modèle économique, les statuts organisant l’implication des porteurs de risques dans la gouvernance des structures professionnelles de gestion.

La troisième partie analyse les limites des modèles délégataires, les risques de la gestion déléguée pour des porteurs de risques et liste les mesures à prendre pour surmonter ces problèmes. Les alternatives (transfert de la gestion à un assureur ou à un délégataires privé, renforcement en interne, regroupement de plusieurs structures) sont décrites et analysées.